Actes hors du commun
à Carrières-sous-Poissy et dans les communes voisines

***************************************************************

LE DÉCÈS ET L'INHUMATION DE JEANNE JOYSEL À TRIEL EN JUILLET 1656

Cet évènement se passe dans notre paroisse (Carrières était à l'époque un hameau de Triel). le curé se nommait Jean RICHARD; c'est lui qui, quelques années plus tard fit construire l'église Saint-Joseph de Carrières-sous-Poissy, bénie en 1663. Rappelons qu'à cette époque une personne qui s'était suicidée n'avait droit ni aux cérémonies religieuses ni à l'inhumation dans le cimetière qui était "terre sainte". Mais dans certains cas, il y avait des exceptions, comme pour Jeanne JOYSEL.

Source : AD78 – Triel-sur-Seine – Saint-Martin – collection communale – 1MIEC166 – BMS 1639-1676 vue 127

http://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0053d0f3d21e1d2/53d0f3d3b269a

Transcription :
JUILLET 1656
 
Le dimanche 30 juillet 1656, par ordonnance de Monsieur
d'Anquilenguy, grand vicaire de Pontoise et du Vexin françois,
Je soussigné tres indigne curé de Triel, ay retably la mémoire
de Jeanne Joysel dite la Dambleville femme de Mathias
Pion demeurant a Triel, laquelle après avoir eté
enterré le samedy 8 du present mois dans le cimetiere
des pestiferes, en fut deterré le lendemain par les menaces
et la violence que l'on fit à son mary et tresné loing
de Triel et enterré dans la vigne dud. Mathias Pion
accusée disoient ces violens, qu'elle s'étoient pandue elle
même, le dit Mathias Pion ayant présenté sa requete a
Mr le grand Vicaire elle fut repondue, et le Doyen de
Meulan deputé à Triel pour faire l'information et
entendre les témoins, L'information communiquée au
Procurateur Mr le Grand Vicaire ordonna que vue la
deposition des temoins qui disoient que la dite Jeanne
Joysel  etoit tombé en frenesie six semaines devant

sa mort que conformement a l'article du manuel
Dit. De exquiis quibus deneganda sit sepultura, les
prières de l'Eglise seroient faites pour le repos de
l'ame de la dite deffunte que son corps si faire se
pouvoir seroit exhumé de la terre non Ste ou il
etoit pour etre mis en terre Ste et que cependant seroit
mise une croix dans le lieu ou elle etoit enterré et
qu'apres que le corps seroit pourry les os seroient
rapportés en terre Sainte.
J'ay executé ces ordres le dimanche si dessus. J'ay lû au
prosne la sentence de Mr le grand Vicaire, j'ay fait les
prières Publiques pour le repos de la deffunte et le même
jour apres les vepres, j'allay avec les eclesiastiques et enfans
de cœur de la parroisse dire un de profundis sur le corps
et y poser une croix, quand le temps de la corruption
necessaire sera passé nous transporterons les os en terre
Ste. J'etois absent quand cette mort est arrivé et
n'aurois jamais souffert de la voir oter de terre Ste
puisque j'avois eté temoin de sa follie auparavant
sa mort.
J. RICHARD
Curé de Triel

CSPH Carrières-sous-Poissy HISTOIRE - 29 juillet 2017

© CSPH Carrières-sous-Poissy HISTOIRE - juillet 2017

  ACCUEIL